Les jardins urbains, de véritables poumons pour les résidents

Les petits élevages en ville sont des opportunités pour l’environnement, le tissu social et la pédagogie. Ils permettent de développer l’éco-pâturage, de recycler les déchets organiques, de fertiliser les cultures. Ils encouragent la participation citoyenne et offrent un support pédagogique stimulant pour l’éducation à l’environnement. La Ville de Paris soutient le développement de fermes pédagogiques urbaines dans les espaces verts et les jardins, de poulaillers participatifs et d’opérations « ferme hors les murs » présentant les différents types d’élevage adaptés à la ville.

Les jardins urbains : quels sont-ils et quels sont les avantages qu’ils apportent à la ville ?

Ces derniers temps, la durabilité et l’efficacité énergétique dans la construction et les villes intelligentes sont fortement encouragées et, parmi d’autres actions et tendances “écologiques”, des “jardins urbains” ont vu le jour. Il est clair que nous devons penser à l’avenir et réduire l’impact environnemental que nous avons causé et que nous avons causé tout au long de l’histoire.

Une vague verte d’un nouveau genre déferle sur les villes de l’Hexagone et d’Europe, après avoir conquis l’Amérique du Nord : toits cultivés, jardins partagés, balcons de biodiversité, friches exploitées, micro-fermes… Chaque parcelle libre, même de quelques mètres carrés suffisent pour qu’un potager y fleurisse ! Tant est si bien que d’après la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) serait pratiquée par 800 millions de personnes dans le monde, et fournirait déjà de la nourriture à un quart de la population urbaine mondiale… Une tendance qui devrait évoluer considérablement d’ici à 2030, d’autant que la croissance rapide des villes met de plus en plus à rude épreuve les systèmes d’approvisionnement alimentaire urbains, et que les besoins alimentaires et plus précisément ceux en produits et aliments frais se sont accrus.

Une bonne solution pour lutter contre la pollution et l’impact visuel des bâtiments dans les villes est celle des jardins urbains, une nouvelle tendance qui se dessine dans les villes. Ces jardins urbains contribuent à réduire l’empreinte carbone que nous produisons en améliorant la qualité de l’air, et ils constituent également une bonne alternative pour la production d’aliments naturels et biologiques.

Quel sont les jardins urbains ?

Dans un jardin urbain, vous pouvez produire de tout, des plantes et des légumes pour l’autoconsommation aux plantes médicinales ou aromatiques. Les potagers urbains apportent aussi une biodiversité au sein des villes. A Lisbonne les jardins potagers apparaissent de façon désorganisée en occupant spontanément les sols productifs de vallon situés au bord de la route et du métro, autour des opérations de grands-ensembles, dans les interstices urbains.

La première chose dont nous devons tenir compte est l’espace et la lumière directe dont nous disposons. Avoir un jardin urbain, c’est comme avoir un petit jardin, il s’agit d’avoir un espace couvert ou de ne pas cultiver à l’échelle domestique. Pour les légumes fruits assurez-vous d’avoir un plein ensoleillement pour une bonne production (6 à 8h). Si votre balcon est à une exposition inférieure à 6h de soleil, optez pour les légumes feuilles (laitue, épinard, chou etc.), les légumes racines (radis, carotte, navets etc.) et les fines herbes.

Votre petit coin de verdure en ville, pour aménager jardin qu’il s’agisse d’un balcon, d’une terrasse ou d’un petit jardin de ville, l’organisation de l’espace, en passant par le mobilier et les accessoires extérieurs adaptés au jardinage en ville, sans oublier les meilleures applications et les conseils d’experts : toutes les astuces et les meilleures solutions pour profiter au mieux de son extérieur urbain.

« Il ne faut pas se leurrer, on ne produira pas tous les fruits et légumes que consomment les membres d’une famille en une année dans un potager urbain », déclare un spécialiste des plantes idéales et des semences. Il insiste pourtant d’abord sur cette idée de consommation : « La première question à se poser est vraiment celle-là : décider de ce qu’on veut planter, donc de ce qu’on va consommer. Bien entendu c’est une question d’espace mais c’est aussi une question de logique : il serait dommage que la production dépasse nos attentes. La question se pose dans tous les potagers mais encore plus quand l’espace est réduit. »

Il existe plusieurs types de jardins urbains selon l’espace dans lequel nous voulons réaliser et le type d’irrigation qui sera utilisé. Ils peuvent être réalisés avec des pots ou avec des boîtes en bois si nous avons plus de surface. Si nous n’avons pas beaucoup d’espace, nous pouvons opter pour un jardin urbain vertical. De la roquette, des fines herbes et des tomates cerise qui poussent au chaud derrière la fenêtre, grâce au système artisanal et ingénieux des entreprises. Trop bien. Entrevue avec l’initiateur.

Les herbes aromatiques sont faciles à faire pousser et cela fait partie de leur charme. Elles se contentent d’un minimum d’espace pour s’épanouir et se prêtent sans problème à la culture en pots et jardinières. Leurs graines peuvent être semées à partir du mois de mars et quasiment jusqu’aux gelées.

Cultivez sur votre balcon ou votre terrasse. Des potagers connectés dans les cuisines. Même s’ils sont surtout destinés à la culture des herbes aromatiques (en raison de leur petite taille), cela démontre un intérêt grandissant pour le jardinage et l’envie de cuisiner des aliments fraîchement cueillis. Un tel engouement qui pousse de plus en plus de personnes à aménager un potager sur leur terrasse ou leur balcon.

Une fois que nous avons établi l’espace et le type de verger, il existe plusieurs options pour l’irrigation. En voici quelques-unes :

Irrigation goutte à goutte : il s’agit de tuyaux percés de trous où vont les goutteurs qui seront situés dans chaque plante, de sorte que l’irrigation soit localisée et empêche la naissance de mauvaises herbes. De plus, grâce à l’installation d’un programmateur, vous n’aurez plus à attendre pour ouvrir et fermer le robinet au moment de l’arrosage.

Utilisez pour la culture de votre propre jardin urbain des kit, commencez le processus et sentez la grande expérience que représente la production de votre propre nourriture, de la graine au fruit final. Le kit doit contenir:  la graine, les boules d’argile pour le drainage, le support de culture, le guide de culture, la serre et ce sac en plastique, à l’épreuve des fuites.

Les jardins urbains : quels sont leurs avantages ?

Les jardins urbains apportent de multiples avantages aux villes et à nous-mêmes :

L’évolution des jardins collectifs urbains témoignent du (re)déploiement de l’agriculture au cœur des villes. Manifestations anciennes dans certaines villes, les jardins collectifs sont définis comme de petites portions de terres cultivées collectivement par des citadins. Ils ont longtemps présenté peu d’intérêt pour les pouvoirs publics. Cependant, depuis quelques années, les jardins collectifs urbains sont progressivement réattribués dans les dispositions politiques de nombreuses municipalités afin de répondre aux multiples enjeux posés par l’évolution systémique des sociétés urbaines. Ce texte propose d’éclairer cette évolution en analysant et en comparant les trajectoires de deux villes, Montpellier en France et Lisbonne au Portugal. Il s’agit d’exposer les grandes caractéristiques des jardins et de retracer les différentes étapes de leur mise en politique. Les jardins apparaissent comme des outils qui pourraient participer à une structuration durable de l’espace urbain municipal, ainsi qu’à l’animation sociale et économique de la vie des citadins.

Ils aident à contrôler les émissions de CO2 dans les villes; Elle peut être un moyen de lutter contre le changement climatique.; Ils réduisent le bruit car les plantes absorbent les sons.; Augmentation des espaces verts dans les villes; Amélioration de la qualité de l’air grâce à la photosynthèse des plantes; Elle promeut une alimentation plus saine et plus écologique; L’implication avec la nature et la satisfaction de voir et de tester les résultats; Que pensez-vous de cette idée ? Nous espérons qu’elle vous a plu et que vous osez mettre un jardin de ville sur votre terrasse ou votre balcon !

Au cœur de la ville. Protéger l’écosystème présente de multiples intérêts. Au-delà des préoccupations environnementales, la nature apporte beaucoup à la qualité de vie urbaine. Ce facteur de bien-être fait d’ailleurs consensus : les jardins familiaux et collectifs n’ont jamais connu une telle popularité tandis que les façades, les toitures et les terrasses se végétalisent. Ces initiatives contribuent à tisser des liens entre la ville et sa campagne, mais aussi entre les citadins eux-mêmes. Ces espaces associés au désir de nature sont en effet des lieux d’urbanité, de partage et de convivialité. Mais le chemin à parcourir est encore long, notamment dans le domaine de l’innovation sociale.