Que cultiver dans son potager ? Et comment bien s’en occuper ?

Cultiver un jardin à la maison est synonyme de santé. En plus d’être une incitation à inclure les légumes dans votre alimentation quotidienne, la culture à domicile vous garantit des légumes totalement exempts de produits agrochimiques. Un jardin familial comme avantage d’une alimentation saine peut être un attrait encore plus précieux pour les enfants.

De plus, s’occuper du jardin peut être une bonne activité à développer avec la famille, en permettant de passer plus de temps avec les enfants, en aidant à donner des leçons de responsabilité et en assurant un contact avec la nature.

En extrapolant les bienfaits pour la santé, le fait d’avoir un potager à la maison apporte également des avantages au niveau de la poche : en cultivant les légumes, vous évitez de dépenser de l’argent dans les supermarchés et les foires. C’est aussi un atout supplémentaire dans la décoration, que ce soit le potager à l’intérieur de la maison ou dans le jardin, c’est une façon d’ajouter une touche de vert et de laisser l’environnement plus frais et plus accueillant.

Parmi tous les avantages, il convient de souligner que la culture d’un jardin familial n’est pas compliquée : en consacrant du temps aux soins de l’irrigation et des engrais, en observant la santé des plantes et en prêtant attention aux besoins de chaque espèce, il est possible d’obtenir une nourriture de qualité qui peut faire toute la différence dans l’alimentation de votre famille.

Où planter ? 

Le manque d’un jardin n’est pas une raison pour ne pas avoir de potager. Les maisons ou appartements peu spacieux peuvent également disposer d’un petit coin pour la plantation d’un potager. Il suffit de choisir un endroit qui reçoit quelques heures de soleil direct.

Si l’appartement est très ensoleillé, comme le soleil toute la journée, vous pouvez avoir un jardin complet avec des herbes, des légumes, des légumineuses, etc. Mais, s’il bat quelques heures de lumière, il est possible de planter quelques herbes et épices sur les balcons, les terrasses ou les fenêtres.

Lorsque vous choisissez la meilleure façon de planter votre jardin, pensez à l’espace disponible, considérez les espèces que vous voulez faire pousser et évaluez quel modèle convient le mieux à la décoration et au style de votre maison. Certaines façons de faire pousser des plantes le sont :

Directement sur le terrain : idéal pour ceux qui ont une cour avec de l’espace, dans ce modèle traditionnel, les graines ou les plants sont plantés directement sur le terrain.

Vases : Les vases sont des alternatives pratiques pour la maison et l’appartement, avec différentes options de tailles, de matériaux, de formes et de couleurs.

Emballages recyclés : bouteilles pour animaux, canettes de soda ou de nourriture, cartons de lait, bocaux en verre. C’est une solution bon marché, rapide et durable.

Fleurs : offrant un bon espace, les jardinières sont idéales pour un jardin compact dans des espaces réduits.

Casiers en bois : spacieuses et bon marché, les boîtes et palettes en bois peuvent être de bons choix.

Jardin vertical : idéal pour ceux qui vivent en appartement, ce modèle consiste à aménager le jardin en profitant des espaces proches des murs. Le jardin vertical peut être planté dans des pots, des emballages recyclés, des structures en bois et des pavés.

Il convient de mentionner que ceux qui choisissent des pots, bocaux, boîtes, bouteilles et autres récipients, que ce soit dans un jardin vertical ou horizontal, ne doivent pas oublier de prévoir des trous dans le fond pour éviter un excès d’eau dans le sol.

N’oubliez pas d’installer le potager dans l’environnement de la maison avec un éclairage plus naturel, peu d’humidité et qu’il ne reçoit pas de vents très forts, ce qui peut nuire à certaines plantes. Un autre point à prendre en compte lors de la création d’un potager dans un espace restreint est le type de plantes : les besoins en lumière et en espace peuvent varier considérablement selon les espèces.

Ce qu’il faut planter

La variété de légumes, d’herbes et d’épices qu’il est possible de cultiver à la maison est très grande ! Pour arriver aux choix idéaux pour vous, vous devez tenir compte de l’espace disponible, de vos préférences et des soins que chaque espèce requiert.

Découvrez des conseils sur la façon de cultiver certaines des principales espèces de plantes pour faire votre jardin.

1. Menthe

Vous pouvez planter la menthe par semis ou par graines, selon l’espèce. Il est conseillé de la planter dans un endroit sans vent fort, car celui-ci peut entraver la croissance de la plante. Bien que la plante soit résistante aux changements de temps, l’idéal est de planter au printemps ou en automne, lorsque les températures sont plus douces.

Il est nécessaire de maintenir le sol fertilisé et irrigué, et de contrôler la croissance des mauvaises herbes. La récolte peut se faire à tout moment, soit par la tige, soit par quelques feuilles seulement. Lors de la récolte sur la tige, coupez-la au-dessus de la première paire de feuilles.

2. Persil

Les graines peuvent être plantées dans des conteneurs d’au moins 30 cm de profondeur pour favoriser le développement des racines. Pour accélérer la germination, une astuce consiste à faire tremper les graines dans l’eau pendant une journée avant de les planter.

Le persil peut être planté à tout moment de l’année, de préférence les jours où il ne fait pas trop chaud ou trop froid.

Il faut toujours garder le sol bien irrigué et prévoyez des fertilisations fréquentes. La récolte peut se faire, en moyenne, de deux à trois mois après la plantation. Les feuilles doivent être récoltées entières.

3. Ciboulette

Vous pouvez la planter à partir des graines ou des semis. Si les graines ne sont pas plantées directement à l’endroit final, la transplantation peut être effectuée après 30 à 40 jours toute l’année, en privilégiant le temps doux.

Un sol irrigué et fertilisé, avec beaucoup de nutriments est nécessaire. La récolte peut se faire de deux mois et demi à quatre mois après la plantation. Récoltez les feuilles entières, en les enlevant par la base et jamais par la moitié.

4. Romarin

Le romarin peut être planté par des graines ou des semis. Dans le cas des semis, la transplantation à un endroit permanent ne doit être effectuée que lorsque la branche atteint entre 15 et 20 cm.

Les jeunes plants ne doivent pas être exposés à des températures très basses, il est donc préférable de planter en période plus chaude, comme au printemps ou en été.

Résistant à la sécheresse, l’arrosage doit être plus fréquent sur la jeune plante et peut être plus espacé sur la plante développée. La récolte peut se faire à partir du troisième mois après la plantation, sans enlever plus de la moitié des branches à la fois afin de ne pas nuire à la croissance.

5. Basilic

Il peut être planté dans des graines déjà aux endroits définitifs ou être transplanté avec environ 10 à 15 cm. Les semis peuvent être faits à partir de branches de plantes adultes ; dans ce cas, la longueur doit être en moyenne de 15 cm et la branche doit être trempée dans l’eau jusqu’à ce que les racines soient formées.

Le basilic ne tolère pas les basses températures. L’idéal est de le planter pendant les saisons chaudes, avec des températures supérieures à 18º C.

Les feuilles peuvent être récoltées deux ou trois mois après la plantation. L’irrigation doit être constante, en maintenant toujours le sol à une humidité moyenne.

6.  Laitue

La laitue peut être plantée en graines directement sur le site définitif ou transplantée plus tard. Dans ce cas, l’idéal est de faire le changement lorsque la plante a déjà quatre à six feuilles, avec un sol bien irrigué.

Les saisons de climat doux, comme le printemps et l’automne, sont les plus propices à la plantation. Les températures élevées peuvent empêcher le développement des graines.

La meilleure façon de récolter est de couper la plante à la base, en laissant environ 2,5 cm de tige au-dessus du sol afin que les feuilles puissent repousser. La plante peut être récoltée entre 55 et 130 jours après la plantation.

7.  Chou

Vous pouvez la planter en graines ou en semis. Plus l’espace disponible est important, plus le développement de la plante est important. Si vous choisissez de planter en pot, il est recommandé de le faire avec un diamètre d’au moins 25 cm.

Le chou peut être planté toute l’année, mais il est mieux adapté aux périodes de climat doux ou froid. En été, la tendance est à la réduction de la croissance.

Le sol doit être bien fertilisé et arrosé. Couper le bout de la tige principale est une mesure qui stimule la croissance des pousses latérales. La récolte peut se faire entre 10 et 16 semaines après la plantation, en laissant certaines des plus jeunes feuilles sur la tige afin de ne pas entraver le développement.

8. Brocolis

Le brocoli s’entend bien dans les petits espaces et peut être planté dans des graines ou des semis déjà à l’emplacement final. Il peut être cultivé toute l’année, mais se développe mieux sous un climat doux.

C’est une plante qui demande des nutriments, vous devez maintenir le sol riche en matière organique avec des engrais fréquents. La récolte peut se faire entre 60 et 110 jours après la plantation, selon l’espèce.

9. Épinards

Les épinards s’adaptent bien aux petits espaces et peuvent être plantés directement à l’endroit final, en graines. Ils se développent mieux dans un climat doux. Pour les régions très chaudes, le meilleur moment pour planter est l’automne.

L’irrigation fréquente est le principal soin à apporter à la plante, qui est simple à traiter. La récolte peut se faire de 40 à 100 jours après la plantation. S’il ne faut récolter que quelques feuilles, il faut toujours enlever les feuilles extérieures. Si vous comptez récolter la plante entière, coupez à la base en laissant environ 2,5 cm de tige au-dessus du sol pour la repousse.

10. Cresson 

Le cresson de fontaine ne nécessite pas beaucoup d’espace et peut être planté en graines à son emplacement définitif. C’est en automne ou au printemps, lorsque le temps est plus doux, que la saison est favorable pour la plantation.

Le sol est très sensible à la sécheresse, il faut donc toujours le garder humide. Les feuilles peuvent commencer à être récoltées entre 60 et 80 jours après la plantation.

11. Tomate cerise

Planté dans des graines, le meilleur moment pour planter la tomate cerise est au début du printemps. Si vous choisissez de faire la transplantation, faites-la lorsque les plantes atteignent environ 10 cm de hauteur.

La récolte peut se faire entre 60 et 70 jours après la plantation, lorsque le fruit est mûr. Si le poids du fruit commence à envelopper la tige, attachez un piquet pour soutenir la plante.

12. Carotte

Plantez la carotte dans un sol profond, léger et exempt de pierres ou d’autres débris. Les graines doivent être plantées à l’endroit final.

L’idéal est de planter en période de climat doux. Évitez de planter les jours très froids ou avec des températures très élevées, supérieures à 30º C.

La récolte peut se faire de deux à quatre mois après la plantation, selon l’espèce de carotte. L’irrigation doit être fréquente, en prenant toujours soin de ne pas détremper le sol.

13. Betteraves

Plantez-la dans un sol léger, sans débris, dans des semis ou des graines. Il peut être planté sur un site permanent ou soigneusement transplanté lorsque la plante atteint une hauteur de 5 cm.

Les betteraves ne se développent pas bien à des températures élevées, mais elles peuvent résister au froid à l’âge adulte. Préférez donc planter par temps doux, par exemple au début de l’automne.

Ne laissez pas les racines être exposées, hors du sol. Selon l’espèce de betterave, la récolte peut avoir lieu de deux à six mois après la plantation.

14. Radis

Plantez les graines de radis dans un sol léger et sans déchets à l’emplacement final. N’oubliez pas de choisir un récipient dont la profondeur est adaptée à la taille des racines de l’espèce semée.

Surtout par temps doux, mais il existe des espèces qui résistent à d’autres conditions climatiques.

Ne laissez pas le sol se dessécher complètement, arrosez fréquemment. La récolte a lieu après 25 à 80 jours de plantation, selon l’espèce.

15. Fraises

Il peut être planté dans des pots et autres conteneurs facilement car il n’a pas de racines profondes. Il est plus courant de planter des semis, mais il peut aussi être planté dans des graines.

Préférez les jours frais et nuageux pour la plantation, surtout en saison, de la fin de l’été à la fin de l’automne. Les fraises développent mieux leurs fruits lorsque les températures ne sont pas trop élevées.

Pour produire plus de fruits, coupez les stolons dès qu’ils apparaissent. La récolte a lieu lorsque les fruits sont mûrs, c’est-à-dire 60 à 80 jours après la plantation.

17. Citrouille

Plantez les graines dans un sol riche en matière organique. Si vous choisissez de ne pas planter directement dans le site définitif, faites la transplantation lorsque les branches ont trois feuilles.

Ils poussent mieux dans les climats chauds, donc préférez les planter lorsque l’hiver est terminé, surtout au début du printemps.

Maintenez le sol humide, avec des irrigations fréquentes. La récolte a lieu environ quatre mois après la plantation.

18. Courgettes

Plantez les graines de courgettes à l’endroit définitif ou transplantez-les lorsque le pied a au moins trois feuilles. Les courgettes peuvent être plantées en pots, mais elles poussent mieux dans les plates-bandes.

C’est pendant les saisons chaudes, qui sont plus propices à la croissance de la plante qu’il convient de les planter. Ne pas planter à des températures inférieures à 15º C.

Les fruits doivent être récoltés lorsqu’ils sont bien développés, mais sans être complètement mûrs. Après la plantation, il faut compter 45 à 80 jours avant la récolte.

19. Concombre

Idéalement, les graines doivent être plantées à l’endroit final. Si vous les plantez dans des pots ou autres récipients, ils doivent avoir au moins 30 cm de diamètre et de profondeur.

Le concombre se développe mieux à des températures élevées, il est donc préférable de le planter après la fin de l’hiver.

Tenez la plante à l’abri du vent. Le fruit doit être récolté lorsqu’il est bien développé, mais avant sa pleine maturité, qui intervient 30 à 70 jours après la plantation.

20. Pomme de terre

Séparez une pomme de terre saine et laissez-la dans un endroit éclairé jusqu’à la naissance des germes ; la pomme de terre peut être plantée dans le sol lorsque les germes ont atteint environ 2 cm. Si la plante est semée, la transplanter à l’endroit final quand elle a au moins quatre feuilles.

Pousse mieux dans un climat doux et ne développe pas de tubercules à des températures très élevées. Planter au début du printemps ou, dans les régions très chaudes, au début de l’automne.

Ne pas arroser dans les deux semaines qui suivent la récolte. La récolte a lieu lorsque les plantes sont jaunâtres, ce qui se produit de 14 à 16 semaines après la plantation.

Comment se développer : 5 étapes importantes

Il est essentiel de suivre certaines précautions pour que la culture soit réussie de la plantation à la récolte, vérifier :

1. L’éclairage

Les petits espaces peuvent donner de grands potagers, mais pour que les plantes aient un bon développement, il faut observer l’éclairage du lieu. Pour cultiver des légumes, nous avons besoin d’au moins cinq heures de soleil direct par jour, que ce soit le matin ou l’après-midi. Ne pas mettre à l’ombre ou à la lumière indirecte. Alors, regardez bien les coins disponibles et choisissez le plus aéré et le plus éclairé si l’incidence est celle du soleil du matin, c’est encore mieux. La lumière du soleil est indispensable à la survie de la plante, alors n’optez jamais pour des endroits sombres et ne comptez pas sur l’éclairage artificiel.

Il convient également de rappeler que l’incidence de la lumière peut changer et que le potager doit suivre la luminosité. Pour les jardins familiaux qui sont généralement en pots, attention à l’incidence changeante du soleil tout au long de l’année. Si nécessaire, changez-les.

2. Irrigation

L’irrigation est une partie importante de la culture d’un potager et la façon dont cette activité est menée peut faire toute la différence dans le développement des légumes. La recommandation de Caroline est de faire attention à l’excès d’eau, qui peut provoquer la pourriture des racines. Pour éviter l’accumulation, l’idéal est d’opter pour des pots avec des trous dans le fond. Faites tout de même attention à mettre une quantité modérée d’eau.

Vous devez irriguer les vaisseaux sans laisser l’eau s’écouler. L’excès d’eau provoque le lessivage du sol, c’est-à-dire qu’il lave le sol, en emportant les éléments nutritifs. L’idéal est d’irriguer de manière à ce que l’eau ne s’écoule jamais. Mais alors, quelle est la quantité d’eau idéale? La fréquence et la qualité de l’arrosage dépendront beaucoup des espèces plantées et de l’emplacement de votre jardin. Les jardins en pot ont tendance à sécher plus vite que les parterres, par exemple.

Pour vérifier le besoin en eau, il est important d’observer l’apparence de la plante, en faisant attention aux feuilles jaunâtres, sèches ou tombées, qui peuvent être des signes de manque d’eau. Une autre méthode de vérification consiste à insérer le doigt ou un cure-dent dans la terre : si, au moment de retirer le cure-dent ou le doigt, ils sont mouillés ou avec de la terre collante, la terre est encore humide ; sinon, il est temps de procéder à un nouvel arrosage.

3. Préparation du sol

La préparation du sol est une étape importante à suivre avant de commencer à planter les plantes. Nous devons veiller à ce que le sol du jardin soit riche en nutriments et en matière organique afin que les plantes poussent sainement et donnent des légumes de qualité.

Il existe différentes façons de préparer le sol avec une bonne quantité de nutriments, et il existe même des alternatives de terres déjà préparées que l’on peut acheter dans des magasins spécialisés. Ceux qui souhaitent faire la préparation à la maison peuvent adopter une des recettes indiquées par les spécialistes.

Voici un mélange qui prend quatre types d’ingrédients : 50 litres de terre, 100 grammes de chaux hydratée, un engrais organique (17 litres de fumier de poulet ou 34 litres de fumier de bovin) et un engrais chimique (200 grammes de NPK 4-14-8 ou 100 grammes de NPK 4-30-16).

Un autre point à observer concerne la légèreté et le drainage des sols. La légèreté et le drainage sont importants pour que le sol ne soit pas compacté et que les racines puissent circuler et se développer dans tout l’espace dont elles disposent. Ces caractéristiques contribuent également à un sol non imprégné qui peut entraîner la pourriture des racines et le développement de champignons.

4. Fertilisation

Le fait de garder le sol du jardin riche en nutriments grâce à la fertilisation aidera à former des plantes plus belles, plus florissantes et plus développées.

Les légumes sont très exigeants en matière de nutrition, donc en plus de la terre préparée au préalable, il est nécessaire, après la croissance des plantes, de faire des fertilisations complémentaires tous les 15 jours. En plus de ces soins, à chaque récolte, le sol doit être fertilisé avant de planter une nouvelle plante.

Les fertilisations peuvent être faites avec des composés organiques, du fumier de poulet ou de bétail, de l’humus, du sulfate d’ammonium ou des engrais chimiques. N’oubliez pas que plus la variété des engrais organiques utilisés est grande, mieux c’est pour votre santé et celle de vos plantes.

5. Récolte

Le moment de la récolte d’une plante varie grandement selon l’espèce de plante et peut être influencé par la période de l’année, la qualité du sol, les nutriments, l’irrigation, les éventuels parasites ou maladies et les autres soins apportés à la culture. Il est courant que les paquets de semences soient accompagnés des prévisions de récolte indiquées sur l’emballage, mais cela ne devrait pas être un facteur limitant dans un jardin familial.

La plante n’a pas besoin d’être à son maximum de développement pour commencer la récolte. Vous pouvez d’abord le récolter. Selon l’expert, la récolte avant un développement maximal peut offrir certains avantages, comme l’incitation à la croissance de la plante et la libération d’espace pour le développement des plantes voisines, et une consommation plus rapide.

Lutte contre les parasites

Même les petits jardins familiaux sont soumis à des parasites. Heureusement, comme les proportions sont plus faibles, il devient également plus facile de contrôler le problème et de maintenir les plantes en bonne santé sans perturbations majeures.

Les parasites dans les jardins domestiques peuvent être combattus simplement à la main ou en utilisant du savon neutre, du détergent à vaisselle et/ou des extraits de poivre ou d’ail. N’utilisez aucun produit insecticide industriel de type spray sur les plantes, car cela peut entraîner une intoxication.

Éviter l’utilisation de poisons et de pesticides industrialisés est une règle d’or : ce type de produit peut nuire à la fois à la santé des plantes et à la leur. En outre, il convient de prêter attention à la pointe de l’enlèvement manuel des feuilles et des insectes contaminés, qui est une méthode simple, non agressive et efficace.

Essayez d’abord la collecte manuelle des feuilles et des insectes, s’il n’y en a pas trop. Si ce n’est pas possible, faites des recherches sur les parasites et les maladies qui attaquent habituellement cette plante et sur la manière de les combattre avec des insecticides naturels.

Pour aider à lutter contre les parasites, consultez 5 recettes d’insecticides naturels qui peuvent être utilisés dans les jardins familiaux :

1. Insecticide à base d’ail: 1 tête d’ail, œillet indien, 2 verres d’eau.

Battez tous les ingrédients dans le mixeur jusqu’à obtenir un mélange homogène et laissez reposer pendant une journée. Ajoutez ensuite trois litres d’eau au mélange et remuez bien. L’insecticide peut être pulvérisé sur les feuilles de la plante.

2. Insecticide à base d’huile végétale: 5 ml d’huile de coton ou d’huile de soja, 0,5 ml de détergent neutre, eau.

Dans un récipient d’une capacité de 1 litre, mélangez l’huile végétale, le détergent et complétez avec de l’eau. Pulvérisez le mélange sur les feuilles, les germes et les fruits. Préférez l’application le soir, lorsque la température est plus douce.

3. Insecticide à base de Coriandre: 200g de feuilles de coriandre, 1L d’eau.

Battez les ingrédients dans le mixeur et saupoudrez le liquide sur les feuilles de la plante.

4. Insecticide au poivre: 6 à 10 poivres, eau.

Battez les poivrons dans le mixeur avec deux verres d’eau pendant deux minutes. Laissez reposer le composé pendant une nuit et le lendemain, filtrez-le et mélangez-le à un autre verre d’eau. Le liquide peut être pulvérisé sur les feuilles.

5. Insecticide aux feuilles de margousier: 250g de feuilles et de l’eau.

Battez les feuilles dans le mixeur avec deux litres d’eau et laissez reposer le mélange pendant 12 heures dans un endroit sombre. Ensuite, filtrez l’extrait et ajoutez 18 litres d’eau supplémentaires. Appliquer sur les feuilles. L’insecticide peut être conservé pendant trois jours.

5 aspects importants à prendre en compte

Outre les indications sur les cultures et les observations des besoins de chaque espèce de plante, quelques conseils généraux peuvent vous aider à améliorer encore la qualité et le développement de votre jardin familial. Découvrez quelques points à prendre en considération :

1. Attention lors de l’achat d’un terrain préparé

L’achat de terre préparée dans des magasins spécialisés peut être une excellente alternative pour garantir un sol adapté à la croissance de vos plantes de jardin, puisque ce type de produit est livré prêt avec les nutriments nécessaires. Cependant, n’oubliez pas de vérifier l’emballage et les recommandations d’utilisation avant de commencer à planter.

Veuillez noter que l’étiquette sur le sac de terreau indique qu’il est destiné à la culture de potagers. N’utilisez pas de terres préparées pour la floriculture/le jardinage, car elles ne sont pas correctement fertilisées et le développement des légumes sera entravé.

2. Pariez sur la rotation des variétés

Vous venez de cueillir des carottes dans votre jardin ? Utilisez ensuite le même espace pour planter une autre sorte de légume. Il est important d’effectuer cette rotation des espèces chaque fois que possible après la récolte « afin de minimiser la possibilité d’une certaine pénurie de nutriments dans le sol.

3. Vérifiez la qualité des plants et des semences

Avant de planter des graines ou des semis, il est important de vérifier la qualité et la santé. Il faut choisir de bons semis et des semences biologiques, sans défensifs ni engrais de synthèse. Si vous plantez des jeunes plants, vérifiez toujours l’état de la plante, en contrôlant si elle est saine, afin de ne pas courir le risque de commencer déjà la culture avec un pied contaminé.

4. Méfiez-vous des mauvaises herbes

Essayez d’observer constamment si le jardin est propre, sans la présence de plantes et d’herbes inconnues. La croissance des mauvaises herbes peut entraver le développement des légumes plantés, qui vont se disputer l’espace, les nutriments et l’eau avec les intrus.

Tirez toujours sur les buissons inconnus qui naissent spontanément. Ce sont des herbes qui arrivent sans avoir été invitées à consommer les nutriments du sol. Vous pouvez les plumer.

5. Installez le jardin à côté de vous

Préférez installer votre jardin dans un coin de la maison avec lequel vous avez suffisamment de contact pour le rendre toujours visible, si possible – c’est-à-dire si les conditions de lumière et de ventilation sont adéquates. De cette façon, vous prendrez plus de soin, vous apprécierez davantage de suivre la croissance de la plante et vous finirez par récolter plus en prenant plus de soin avec ce potager.

Les couleurs des légumes et la santé

Mettre en place un plat coloré est une arme puissante pour ceux qui recherchent une alimentation saine : les substances qui donnent de la couleur aux plantes peuvent également être essentielles à la santé de notre corps. En y réfléchissant, vous aurez une bonne idée des légumes à sélectionner pour votre jardin.

Vert : collabore à la santé de la peau, des os, de la vision, du système immunitaire et nerveux, en plus d’aider à la digestion, à la réduction du cholestérol et à la prévention des maladies cardiovasculaires et de certains types de cancer. Exemples : chou, laitue, brocoli, épinards, paprika, cresson.

Jaune et orange : aide à garder la peau, la vue, le système sexuel et le système immunitaire en bonne santé, ainsi qu’à lutter contre les maladies cardiaques et certains types de cancer. Exemples : carotte, poivron, citrouille.

Rouge : combat le cholestérol et les maladies cardiovasculaires, agit pour prévenir le cancer de la prostate, du sein et de l’estomac, collabore à la santé de la peau, des vaisseaux sanguins et des gencives, renforce le système immunitaire et aide à la formation de collagène. Exemples : fraise, tomate, poivron, pastèque.

Blanc : anti-inflammatoire, lutte contre les allergies, renforcement du système immunitaire et de la circulation. Exemples : oignon, céleri, chou-fleur, ail.

Violet : aide à prévenir le cancer et les maladies cardiaques, et est excellent pour la mémoire et le système digestif. Exemples : betterave, chou violet, aubergine, artichaut.